Les mesures de sécurité routière

 

Cas des camping-cars de plus de 7,00 m de long


Les camping-cars qui dépassent les 7,00 m doivent obligatoirement, hors agglomération, conserver une distance minimale de 50 m derrière les ensembles de véhicules de plus de 7,00 m et derrière les poids lourds.

 

Par ailleurs, sur les chaussées comportant plus de deux voies dans le même sens de circulation, ils ne peuvent utiliser que les deux voies les plus à droite. 
Notez encore que dans le cas d’un croisement difficile, un camping-car de plus de 7,00 m doit toujours laisser la priorité de passage aux véhicules de dimensions inférieures (règle identique pour les véhicules dont le gabarit ou le chargement dépasse 2,00 m en largeur).

 

 
 
####################################################################################



 RÈGLES DE CIRCULATION EN CAMPING-CAR


Pour un camping-car dont le PTAC est inférieur ou égal à 3500 kg, les limitations de vitesse sont exactement les mêmes que pour une voiture.

 

En revanche, pour un camping-car dont le PTAC est supérieur à 3500 kg, les limitations légales sont fixées à un maximum de 110 km/h sur autoroute, 100 km/h sur les routes à deux chaussées séparées par un terre-plein central, et 80 km/h sur les autres routes.

 

Enfin, lorsqu’il tracte une remorque, un camping-car dont le PTRA est supérieur à 3500 kg, même si son PTAC est inférieur ou égal à 3500 kg, est tenu de ne pas dépasser 90 km/h sur autoroute et 80 km/h sur route.

 

Vitesse

La vitesse est limitée sur l’ensemble du réseau routier. Cette réglementation s’applique à tous les conducteurs et à tous les véhicules. Sans exception. La vitesse doit être adaptée aux conditions météorologiques (pluie, autres précipitations, visibilité inférieure à 50 mètres).

En France, les infractions liées aux excès de vitesse sont punies de contraventions et constituent des délits en cas de récidive d’un excès de vitesse supérieur à 50 km/h. Le détail ci-dessous.

Les limitations

Limitations de vitesse

Jeunes conducteurs

Pendant les trois premières années qui suivent l’obtention du permis probatoire, le nouveau conducteur ne doit pas dépasser 110 km/h sur autoroute, 100 km/h sur route à chaussées séparées et 80 km/h sur route. Cette durée est ramenée à deux ans pour ceux qui ont pratiqué l’apprentissage anticipé de la conduite.

 La signalisation routière appliquée aux Campings –Car:


interdit à tous véhicule de transport de marchandises

les campingcars ne sont pas concernés , qu'ils soient poids lourds ou non .

 

interdiction de circuler pour tous les véhicules dont le PTAC ou PTRA est supérieur à  3,5 t .
Les campingcars poids Lourds sont concernés .

Les camping-cars de moins de 3.5 T mais dont le poids réel est supérieur 3.5T

seraient aussi en infraction

Interdiction de circuler Pour tous les véhicules de transport de marchandises dont le PTAC ou PTRA est supérieur à 3,5 T.

Les camping-cars ne sont pas concernés, qu'ils soient poids lourd ou non

obligation de tourner à droite pour tous les véhicules de transport de marchandises.

les campingcars ne sont pas Concernés , qu'ils soient Poids lourds ou non .

Interdiction de dépasser applicable aux véhicules de transport de marchandises dont le PTAC ou le PTRA est supérieur à 3,5T .

les campingcars ne sont pas Concernés , qu'ils soient Poids lourds ou non , ils peuvent dépasser .

Vitesse limitée à 30 Km/h pour tous les vélti!tiales de transport de marchandises .

les campingcars ne sont pas Concernés , qu'ils soient Poids lourds ou non .

Tous Ies véhicules de transport de marchandises doivent observer une distance de 70m avec le véhicule qui le précède.

les campingcars ne sont pas Concernés , qu'ils soient Poids lourds ou non . 
néanmoins les campingcars, poids lourd doivent respecter un intervalle d'au moins 50M sur toutes les routesl hors agglomération.

Stationnement interdit à tous les véhicules de transport de marchandises.

les campingcars ne sont pas Concernés , qu'ils soient Poids lourds ou non .

Parking réservé pour tous les véhticules de transport de marchandises.

Les camping-cars sont tous concernés et ne peuvent pas utiliser ce parking

déviation obligatoire pour tous les véhicules de transport de marchandises .

les campingcars ne sont pas Concernés , qu'ils soient Poids lourds ou non .

 

 

Sanctions et réglementations

 

Excès de vitesse inférieur à 20 km/h (avec limitation supérieure à 50 km/h)

- Amende forfaitaire de 68 euros
- Retrait d’1 point sur permis de conduire

Excès de vitesse inférieur à 20 km/h (avec limitation inférieure ou égale à 50 km/h) 

- Amende forfaitaire de 135 euros
- Retrait d’1 point sur permis de conduire

Excès de vitesse égal ou supérieur à 20 km/h et inférieur à 30 km/h

- Amende forfaitaire de 135 euros
- Retrait de 2 points sur permis de conduire

Excès de vitesse égal ou supérieur à 30 km/h et inférieur à 40 km/h

- Amende forfaitaire de 135 euros
- Retrait de 3 points sur permis de conduire
- Suspension de 3 ans du permis de conduire

Excès de vitesse égal ou supérieur à 40 km/h et inférieur à 50 km/h

- Amende forfaitaire de 135 euros
- Retrait de 4 points sur permis de conduire
- Suspension de 3 ans du permis de conduire
- Confiscation du véhicule

Excès de vitesse supérieur ou égal à 50 km/h

- Amende forfaitaire de 1 500 euros
- Retrait de 6 points sur permis de conduire
- Suspension de 3 ans du permis de conduire (sans sursis ni « permis blanc »)
- Confiscation obligatoire du véhicule en cas de récidive

Récidive d’excès de vitesse supérieur ou égal à 50 km/h

- Amende forfaitaire de 3 750 euros
- Retrait de 6 points sur permis de conduire
- Suspension de 10 ans du permis de conduire (sans sursis ni « permis blanc »)
- Immobilisation ou confiscation du véhicule - Peine de prison de 3 mois

Sur la route, il n’y a pas de petite infraction. Une absence de clignotant, le refus d’une priorité, un dépassement dangereux… peuvent avoir des conséquences dramatiques. Une infraction au Code de la route est à l’origine de 9 accidents sur 10. La liste ci-dessous présente le détail des contraventions des infractions liées à la circulation.

Chevauchement de ligne continue

- Amende forfaitaire de 135 euros

- Retrait d’1 point sur permis de conduire

- Suspension de 3 ans du permis de conduire

 Accélération d’un conducteur sur le point d’être dépassé

- Amende forfaitaire de 135 euros

- Retrait de 2 points sur permis de conduire

- Suspension de 3 ans du permis de conduire

 Circulation à gauche sur chaussée à double sens

- Amende forfaitaire de 135 euros

- Retrait de 3 points sur permis de conduire

- Suspension de 3 ans du permis de conduire

Dépassement dangereux

- Amende forfaitaire de 135 euros

- Retrait de 3 points sur permis de conduire

- Suspension de 3 ans du permis de conduire

Franchissement de ligne continue

- Amende forfaitaire de 135 euros

- Retrait de 3 points sur permis de conduire

- Suspension de 3 ans du permis de conduire

Non-respect des distances de sécurité entre deux véhicules

- Amende forfaitaire de 135 euros

- Retrait de 3 points sur permis de conduire

- Suspension de 3 ans du permis de conduire

Changement de direction sans avertissement préalable

- Amende forfaitaire de 35 euros

- Retrait de 3 points sur permis de conduire

- Suspension de 3 ans du permis de conduire

Circulation sur bande d’arrêt d’urgence

- Amende forfaitaire de 35 euros

- Retrait de 3 points sur permis de conduire

- Suspension de 3 ans du permis de conduire

Refus de priorité

- Amende forfaitaire de 135 euros

- Retrait de 4 points sur permis de conduire

- Suspension de 3 ans du permis de conduire

Non-respect de l’arrêt au feu rouge, au stop ou au cédez le passage

- Amende forfaitaire de 135 euros

- Retrait de 4 points sur permis de conduire

- Suspension de 3 ans du permis de conduire

Circulation en sens interdit

- Amende forfaitaire de 135 euros

- Retrait de 4 points sur permis de conduire

- Suspension de 3 ans du permis de conduire

Circulation de nuit ou par visibilité insuffisante sans éclairage

- Amende forfaitaire de 135 euros

- Retrait de 4 points sur permis de conduire

- Suspension de 3 ans du permis de conduire

 

Téléphone

Téléphoner en conduisant détourne obligatoirement l'attention, "kit mains-libres" ou pas. L'usage du téléphone portable au volant multiplie par 3 le risque d'accident.

Conduire avec un téléphone à la main : un comportement interdit.

Le Code de la route précise que : "L’usage d’un téléphone tenu en main par le conducteur d’un véhicule en circulation est interdit."

Conduire avec un téléphone à la main est passible :

  • d’une amende forfaitaire de 135 € ;
  • d’un retrait de 3 points du permis de conduire.

Rester maître de son véhicule : une obligation générale.

L’obligation générale de rester maître de son véhicule s’applique en toutes circonstances, même si l’utilisation de certains équipements comme les "kits oreillettes" ou "kits mains-libres" est aujourd’hui tolérée. Le Code de la route précise que : "Tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent.". En cas d’accident, même avec un dispositif toléré par la loi, la responsabilité du conducteur qui téléphonait peut être engagée si l'inattention est à l'origine de la perte de maîtrise du véhicule.

 

 

Autres infractions

Le non port de la ceinture de sécurité et l’utilisation du téléphone portable en conduisant sont respectivement les 3e et 4e causes de mortalité sur la route en France. Revue des contraventions et délits des autres infractions au code de la route.

Contraventions

Transport, détention, usage d’appareil destiné à déceler ou perturber les contrôles

- Amende forfaitaire de 1 500 euros

- Retrait de 2 points sur permis de conduire

- Suspension de 3 ans du permis de conduire

- Confiscation du véhicule

Défaut de port du casque

- Amende forfaitaire de 135 euros

- Retrait de 3 points sur permis de conduire

Défaut de port de ceinture de sécurité

- Amende forfaitaire de 135 euros

- Retrait de 3 points sur permis de conduire

Délits

Conduite malgré une suspension  du permis de conduire ou une rétention du permis de conduire

- Amende forfaitaire de 4 500 euros

- Retrait de 6 points sur permis de conduire

- Suspension/ annulation de 3 ans du permis de conduire (sans sursis ni “permis blanc”)

- Immobilisation/confiscation du véhicule

- Peine de prison de 2 ans

Blessures involontaires causées à un tiers et entraînant une interruption de travail de plus de 3 mois

- Amende forfaitaire de 45 000 euros

- Retrait de 6 points sur permis de conduire

- Suspension/ annulation de 5 ans du permis de conduire (sans sursis ni “permis blanc”)

- Immobilisation/confiscation du véhicule

- Peine de prison de 3 ans

Conduite sans permis

- Amende forfaitaire de 15 000 euros

- Immobilisation/confiscation du véhicule

- Peine de prison d’ 1 an

Défaut d’assurance

- Amende forfaitaire de 3 750 euros

- Suspension/ annulation de 3 ans du permis de conduire (sans sursis ni “permis blanc”)

- Immobilisation/confiscation du véhicule

Drogues

Conduite et usage de stupéfiants

La conduite, ou l’accompagnement d’un élève conducteur, après avoir fait usage de substances ou plantes classées comme stupéfiants, est interdite, quelle que soit la quantité absorbée.

Dépistage

Les forces de police et de gendarmerie pratiquent des dépistages systématiques d’absorption de substances ou plantes classées comme stupéfiants sur tout conducteur impliqué :

  • dans un homicide involontaire ;
  • dans un accident corporel lorsqu’il existe une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner que la personne impliquée conduisait après avoir fait usage de produits stupéfiants.
 

Ce dépistage peut également intervenir :

  • en cas d’accident matériel de la circulation,
  • lorsque le conducteur d’un véhicule est l’auteur présumé d’une infraction au code de la route punie d’une peine de suspension du permis de conduire ou qu’il s’est rendu coupable d’une infraction à la vitesse, au port de la ceinture de sécurité ou du casque ;

Sanctions encourues

Vous risquez d’être puni de 2 ans d’emprisonnement et de 4 500 euros d’amende.

Ce délit donne lieu à la perte de six points du permis de conduire.

Les sanctions sont aggravées lorsque cette infraction est couplée avec l’alcoolémie : les peines sont portées à 3 ans d’emprisonnement et 9 000 euros d’amende.

Attention, le tribunal peut en outre décider de vous infliger une suspension du permis de conduire pour une durée pouvant atteindre 3 ans voire l’annulation du permis de conduire avec interdiction d’en solliciter un nouveau pendant 3 ans au plus.

Alcool

En France, il est interdit de conduire avec une alcoolémie supérieure à 0,5 g d’alcool par litre de sang (ou 0,25 mg d’alcool par litre d’air expiré). Récapitulatif des sanctions encourues quand on ne respecte pas la loi. 

L'alcoolémie est le taux d'alcool présent dans le sang. Elle se mesure en grammes par litre de sang (analyse de sang) ou en milligrammes par litres d'air expiré (éthylotest, éthylomètre).

Alcoolémie

Le taux d’alcool limite autorisé est de 0, 5 g d’alcool par litre de sang soit 0,25 mg d’alcool par litre d’air expiré.

Quelle que soit la boisson alcoolisée, un « verre » représente à peu près la même la même quantité d’alcool*.
25 cl de bière à 5°, 12,5 cl de vin de 10° à 12°, 3 cl d’alcool distillé à 40° (whisky, anisette, gin) contiennent environ 10 g d’alcool pur.

Chaque verre consommé fait monter le taux d’alcool de 0,20 g à 0,25 g en moyenne. Ce taux peut augmenter en fonction de l’état de santé, le degré de fatigue, ou de stress, le tabagisme ou simplement les caractéristiques physiques de la personne : pour les plus minces, les femmes ou les personnes âgées, chaque verre peut représenter un taux d’alcoolémie de 0,30 g.

* Contenances correspondant aux doses normalisées dans les débits de boissons.

 

Le taux d’alcool maximal est atteint :
  • ½ heure après absorption à jeun
  • 1 heure après absorption au cours d’un repas.

L’alcoolémie baisse en moyenne de 0,10 g à 0,15 g d’alcool par litre de sang en 1 heure. Café salé, cuillerée d’huile... : aucun "truc" ne permet d’éliminer l’alcool plus rapidement.

A noter : certains médicaments peuvent être incompatibles avec la consommation d’alcool. Lisez attentivement les notices ou demandez conseil à votre médecin en cas de doute.

 

L'année auto 2013

lien auto moto:  Sécurité routière : ce qui vous attend en 2013

 

 

Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur l’a dit : il veut passer sous la barre des 2 000 morts

sur les routes d’ici 2020. L’objectif est ambitieux et pour y parvenir, Frédéric Péchenard,

le délégué interministériel à la Sécurité routière, a annoncé dans le Journal du Dimanche

(JDD) du 23 décembre, plusieurs pistes de réflexion qui pourraient s’appliquer dès 2013.

Le point avec Assurance Auto.fr.

Alcool au volant : tolérance zéro pour les 18-24 ans ?

Dans l’interview publiée dans le JDD du 23 décembre, Frédéric Péchenard évoque la

possibilité d’une interdiction totale de l’alcool au volant. Une hypothèse qui sera en

effet "discutée au sein du Conseil national de la sécurité routière (CNSR), […] notamment

pour les 18-24 ans". Les statistiques concernant cette tranche d’âge sont en effet assez

éloquentes : alors qu’elle ne correspond qu’à 9 % de la population, la catégorie des 18-24

ans représente 25 % des décès sur les routes de France. Et "l’alcool intervient dans 40 %

des accidents mortels" qui les touchent, souligne le délégué interministériel.

Si le CNSR se prononçait en faveur d’une telle proposition, le taux légal maximum d’alcool

dans le sang, actuellement fixé à 0,5g/l, serait tout simplement abaissé à 0 pour les jeunes.

Une mesure qui pourrait être étendue au reste de la population en cas de résultats probants.

 

Défaut d’éthylotests dans sa voiture    

rien de fixé.

 

source lien : http://securite-routiere.gouv.fr/

 
 


Les réactions

Avatar albert girard

Les camping-cars de plus de 7m avec un PTAC égal ou inférieur à 3,5t ne sont pas tenus de rester sur les deux voies les plus à droite quand il y a trois voies ou plus dans un même sens de circulation art. R412-25 du code de la route.
Les disques de limitation de vitesse ne sont pas encore obligatoire pour un ensemble avec un PTRA supérieur à 3,5t et un tracteur avec un PTAC égal ou inférieur à 3,5t Arrêté du 23 novembre 1992 relatif à l'indication des vitesses maximales.
Enfin,lorsqu'il tracte une remorque, un camping-car dont le PTRA est supérieur à 3,5t, même si son PTAC est inférieur ou égal à 3,5t, est tenu de ne pas dépasser 90 km/h sur autoroute et route à deux chaussées séparées par un terre-plein central et 80km/h sur les autres routes.Art. R413-8 du code de la route.
Cordialement
Mr Girard Albert
Auto-Ecole d'Andrésy

Le 26-12-2015 à 18:26:16

Réagir


CAPTCHA